SIDO - OSXP 2021

Description

La question de la souveraineté est actuellement au cœur du débat numérique en Europe. Les acteurs politiques et les commentateurs prennent progressivement conscience de l’influence que les GAFAM américains (aussi appelés « Big Tech » ou « hyperscalers »), et bientôt chinois, peuvent avoir sur nos économies, nos démocraties et la vie quotidienne de nos concitoyens. Même s’il y a un consensus de plus en plus large sur les risques encourus, il n’y en a aucun sur la façon d’y remédier. En particulier, les alternatives sont encore peu connues quand elles ne sont pas tout bonnement dévalorisées par les décideurs politiques. Alors qu’un plan de reprise de l’ordre de plusieurs dizaines de milliards d’euros dans les budgets des pays européens soit en train d’être mis en place, on constate toujours un culte pour les technologies étrangères par les élites politiques en Europe. Aveuglées par ce tropisme, elles semblent à l’heure actuelle résolues à emprunter la voie réglementaire ou contractuelle, tout en laissant le champ libre aux technologies propriétaires, pourtant hors de contrôle des acteurs européens, dans les domaines du cloud et du logiciel. Or, les externalités de réseau et les phénomènes de cloisonnement inhérents à ces marchés laissent à craindre que ces choix deviendront progressivement irréversibles. Sans une compétence solide dans le développement des briques technologiques de base en matière de cloud et d’Internet des objets, la capacité à innover et à créer de la valeur dans le contexte de la transition numérique risque d’être perdue à tout jamais. Cette table ronde sera l’occasion de comparer sur ces thèmes les positions de plusieurs acteurs européens représentatifs de l’open source, à la fois aux niveaux nationaux et au niveau européen, réunis au sein de l’APELL et d’EUCLIDIA.

Sessions Recommandées